Née à cavaillon en 1983

Vit et travaille en Avignon

Diplômée de l’École supérieure d'art d'Avignon

 

Pauline Tralongo

Notre compréhension de l'anthropocène, de son impact sur nos modes d’existence peut nous amener à anticiper sur ce qui pourrait advenir de la planète, sur ce qui pourrait être si nos choix étaient autrement. Si nos regards convergeaient sur le fragile et l’intangible comment serait perçu cette autre civilisation par des archéologues du futur?

Je définirais le travail de l’archéologue comme celui qui étudie une civilisation par la compréhension de ses vestiges, de son architecture et de son artisanat.

Développons un monde parallèle au nôtre, un monde parallèle empreint de réel.

Prenons comme point de départ la définition du paradoxe: « l’affirmation surprenante en son fond et/ou en sa forme, qui contredit les idées reçues, l’opinion courante, les préjugés » (source : CNRTL)

«Archéologie de l'intangible» s’annonce d’emblée comme un oxymore, alliance de mots se contredisant, le paradoxe étant le champ des possibles. Les termes «archéologie» et «intangible» confèrent au réel toute sa complexité. Dans cet espace-temps , le réel paradoxal est un entrelacs de fiction et de réel. Ce réel paradoxal, dont l’existence est établie, contient du « possible en suspension ». Ce « possible en suspension » appartient donc à la fois à la sphère de la fiction et à celle du réel.

Je m’intéresse au réel en ce sens qui «existe d’une manière autonome, qui n’est pas le produit de la pensée, qui a lieu en tant que processus physique». Plus précisément sur la dimension cachée du réel, qui est une part du réel factuel et existante en ce sens d’une « composante spécifique et relativement importante, quoique parfois mal perçue, (de la pensée ou) du réel ». Mon processus de création s’appuie toujours par la consultation d’ écrits, que ce soit un article scientifique, un document administratif ou une archive.

Mon approche formelle est sérielle et prend parfois source dans l’artisanat; la réalisation de feuille de papier, la confection de fragrances, la fabrication d’échelle en cannes de Provence (plante endémique de la région où je suis née (arundo donax))...

Mon intention artistique est d’offrir un récit à la dimension cachée du réel dans notre narration.